Confiné.

Cela fait un moment que je n’ai pas publié d’article, je n’avais juste pas envie d’écrire. Le temps s’est comme figé pour moi. La constance n’est pas une qualité qui m’est acquise. Je me pose pas mal de questions depuis le dernier article. Je ne vis sûrement pas l’expérience comme je devrais la vivre. J’en suis conscient. Je pense que j’avais une conception du voyage différente. Je n’ai pas eu de chances, l’année où je prends la décision d’une expérience internationale, de me donner une nouvelle impulsion afin d’anéantir cette sensation de stagnation pesante, le COVID19 envahit nos contrées. Je ne dramatise pas ici, j’essaie d’analyser la situation.

J’ai tendance à m’enfermer facilement, j’ai toujours été confiné quelque part. Je n’ai jamais vraiment avancé, il me manque une force que j’essaie d’acquérir, peut-être ne sommes nous pas tous fait pour ce type d’expérience. Peut-être que souvent j’ai l’impression que tout va radicalement changer, que je suis capable de me donner cette nouvelle impulsion, en fait, je ne pense pas l’être. On idéalise les départs à l’étranger, ils sont souvent synonymes de vacances. La réalité te rattrape très rapidement. Le voyage est sûrement comme une relation amoureuse. La poursuite du bonheur ne passe sûrement pas par transporter sa solitude et l’amener à 5000 kms de chez soi.

J’ai enregistré mille brouillons pour cet article, faut dire que mon mental a tendance à faillir facilement. Il est mon moteur, j’ai donc vraiment l’impression que ce moteur est au point mort trop souvent. Alors quand je suis en bas, rien ne sort véritablement. Je ne sais pas vraiment d’où ça vient, mais c’est vraiment compliqué. Si je ne m’étais pas remis au sport avec un vrai objectif de recouvrer un corps fonctionnel et d’être en bonne santé, je crois que j’aurais continué à faire comme j’ai fait toute cette dernière année. Broyer le noir dans l’ivresse et la mal bouffe. De mettre mon corps à l’arrêt. Le remplir pour se sentir plein, combler le vide. Serais-je un éternel insatisfait ? C’est sûr. Trouver l’équilibre dans sa vie est sûrement un objectif ultime, j’y trouve une résonance dans la poursuite du bonheur. Je crois que je suis vraiment perdu. L’expérience mi-figue n’aide pas. Au début j’ai mis ça sur le compte du confinement, de la fermeture des commerces. La paralysie que provoque la pandémie n’a quasi aucun impact sur moi. Le confinement actuel est celui que je vis depuis très longtemps, je ne me complais pas ici. Cela n’altère pas mon état ni en bien, ni en mal. Je vais essayer d’avancer autrement. Là je vais changer d’appartement, je m’en vais dans le centre. Dans un appart sympa, dans l’immeuble, y a même une piscine extérieure, un barbecue énorme, une salle avec billards et babyfoots, une salle de sport, un sauna. Tu te doutes bien que tout est actuellement indisponible en raison de la situation actuelle. Je verrai bien comment ça se passe. J’y entre lundi. Je ferai sûrement un autre article un peu plus fun. D’ici là porte toi bien. Fais attention à toi.

Marc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *